- Petition Justice pour les animaux

     JUSTICE POUR LES ANIMAUX
     Association Stéphane Lamart “Pour la Défense des Droits des Animaux”
     BP 154 - 94208 Ivry sur Seine cedex tel : 01 44 75 00 47
     Site Internet : www.associationstephanelamart.com

     Plus de souffrances animales sans punir leurs auteurs !
     Les associations de protection animale, leurs avocats et l'ensemble de
     nos concitoyens ainsi que tous ceux qui travaillent pour améliorer les
    
rapports entre les hommes et les animaux en appellent au bon sens de nos
     dirigeants et des responsables de notre justice
:
     Procureurs de la République, juges, magistrats et fonctionnaires de police,

     le peuple vous interpelle : Ceux qui s'attaquent aux animaux en les maltraitant

     ou en commettant sur eux des actes de cruauté doivent être condamnés !
     Les téléphones des associations sonnent sans discontinuer : au bout du fil, des

     citoyens scandalisés par l'attitude de certaines personnes envers leurs animaux.

     Ils réclament tous la même chose :
     Une justice plus sévère et plus juste, qui applique la loi Concernant les refus

     de plainte dans les commissariats de police et les gendarmeries
     - Les citoyens demandent que soient dorénavant prises en compte toutes les

     plaintesqu'ils déposent dans les commissariats de police et gendarmeries. Ils

     ne veulent plus entendre d'agents leur répondre : "Cela ne sert à rien, une main

     courante suffira,votre plainte ira à la poubelle". Certains osent même encore

     répondre : "Ce n'est qu'un animal..."
     A ce titre, nous demandons qu'une circulaire soit envoyée à tous les

     commissariats et gendarmeries pour leur rappeler cette exigence précise

     de nos concitoyens etl’application de l’article 15-3 du code de procédure

     pénal stipulant l’obligation de l’enregistrement de la plainte par la police.

     Plaintes classées sans suite par nos procureurs sans raisons valables 

     - Les citoyens demandent que procureurs généraux,

     procureurs de la République, magistrats et juges soient désormais plus attentifs

     au travail des associations et collaborent d'avantage avec elles avant d'arrêter

     leur décision par un classement sans suite. Les associations peuvent fournir des

     précisions importantes quant à la gravité des faits. Elles possèdent bien sûr des

     informations et des témoignages concernant les mis en cause, mais elles ont aussi

     l'échodu public. Cet écho n'est autre que notre conscience collective qui se

     révèle à travers ces milliers d'appels et de témoignages, ces millions de

     signatures de pétitions.
     Hors il nous semble primordial que notre justice soit en accord avec notre

     moralité,notre sensibilité et l'évolution de nos consciences.
     Les citoyens demandent des jugements plus sévères et des sanctions effectives,

     proportionnées et dissuasives   - Répétons-le : les citoyens ne supportent plus

     qu'un animal sans défense subisse des souffrances atroces sans que personne ne

     soit capable de rappeler à son auteur la gravité de son geste. N'est-il pas

     scandaleux qu'un type ayant égorgé 3 chèvres devant tout le monde pour obtenir

     un découvert à la banque ne soit condamné qu'à 1 euro ? Sans aucune intention

     d'offenser cette noble profession, il nous semble que certains juges de notre pays

     devraient impérativement prendre conscience des conséquences de leur manque de

     sévèrité face à ceux qui font souffrir les animaux. Ils engendrent la colère de

     dizaines de milliers de personnes qui, à terme, ne feront plus confiance en

     notre justice si celle-ci ne s'adapte pas àune vision moderne de la société.

     En l'occurrence : le refus de la souffrance inutile,

     qu'elle soit humaine ou animale. Vision, soit dit en passant, partagée par des

     personnes de plus en plus jeunes.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×