- Chien Visiteur pourquoi?

     L'animal aide l'enfant à découvrir ses propres capacités physiques

 

     Le chien constitue un catalyseur du développement moteur de l'enfant. Il le conduit aussi à mieux apprécier

     ses capacités physiques et à mieux comprendre son corps. Il se révèle également un modèle appréciable dans

     l'enseignement de l'anatomie et la physiologie humaine. Les difficultés de compréhension dans l'explication des

     grandes fonctions physiologiques sont aplanies à travers les modèles animaux.

 

     L'âge de l'enfant joue un rôle essentiel dans ses modalités interactives avec le chien. Ainsi, les

     comportements de menace et d'agression de l'enfant ou, au contraire, ses comportements de caresse et d'étreinte

     sont plus ou moins développés entre 2 et 5 ans. : L'enfant de 2 à 3 ans privilégie surtout les comportements

     agonistiques (tirer les poils...) à l'égard de l'animal. Entre 3 et 4 ans, il développe plus particulièrement des

     comportements affiliatifs (caresser, se coucher à coté...). Entre 4 et 5 ans, d'autres relations s'instaurent :

     devenant mieux organisées et plus complexes, les interactions sont de plus en plus souvent médiatisées

     par des objets.

 

     Par ailleurs, dès l'âge de 2 ans, l'enfant se constitue un répertoire varié de vocalisations et de productions

     langagières, notamment des appels et des ordres. Les combinaisons de signaux (acoustiques, visuels...)

     sont de plus en plu fréquentes à mesure que l'enfant grandit. Vers 4 ou 5 ans, il associe significativement

     plus souvent un signal visuel qu'à 2 ou 3 ans. Et les associations de signaux multicanaux deviennent de

     plus en plus fonctionnelles. La cohérence des échanges des deux partenaires participe à la qualité

     de leurs interactions. L'animal est un partenaire d'interaction intéressant pour l'analyse des systèmes

     de communication de l'enfant. En effet, l'un et l'autre disposent de moyens de communications spécifiques

     pour qu'un ordre donné par l'enfant soit compris et exécuté par l'animal, l'enfant doit clairement s'exprimer

     en associant des signaux de nature différente (Annie Eckerlin)

 

     De plus en combinant la présence animale dans la famille et à l'école et la sollicitation

    de l'imaginaire,  des émotions et des processus cognitifs à travers l'écrit, la narration, les arts plastiques..

     sur la vie animale, on peut conduire les enfants à mieux percevoir et évaluer les échelles temporelles dans

     leur relativité et leur diversité. L'observation attentive du chien développe les capacités d'attention de l'enfant,

     et peut l'aider à mobiliser et soutenir son attention visuelle et auditive vis-à-vis de l'enseignant. Elle

     peut en particulier contribuer à réduire l'un des obstacles reconnus chez nombre d'enfants qui maîtrisent mal

    les acquisitions et les apprentissages, c'est à dire les fluctuations rapides, la labilité et/ou la quasi-inexistence

     de leur capacité d'attention (compétence socle qui fonde le développement affectif, relationnel et cognitif

     de l'enfant : Hubert Montagner 1993).

 

 

                      

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site